La page se charge.
Merci de patienter.

menu

Presse

Résultats de l’enquête 2020 sur les réseaux de chaleur et de froid

Les réseaux de chaleur et de froid sont deux fois plus verts qu’il y
a dix ans, mais les défis à relever restent nombreux pour atteindre
les objectifs de transition énergétique fixés pour 2030 !

 

À la veille de la 16e édition des Rencontres nationales des réseaux de chaleur et de froid, AMORCE, le SNCU et l’ADEME ont fait un état des lieux de la filière et sont revenus sur les principaux enjeux et défis à relever dans un contexte de crise économique et sanitaire, mais aussi de refonte de certains éléments structurants du cadre réglementaire. Dix ans après la création du Fonds Chaleur de l’ADEME, la photographie dressée par l’enquête annuelle du SNCU et d’AMORCE sur l’année 2019 démontre le rôle central joué par les réseaux de chaleur et de froid dans la mise en œuvre de la transition énergétique et leur participation active à la dynamique des territoires. Toutefois, les prochains textes réglementaires (RE2020, décret tertiaire, réforme du DPE) seront déterminants pour l’accélération du développement des réseaux de chaleur et de froid comme cela est prévu dans le cadre de la Programmation pluriannuelle de l’Énergie (PPE) et la loi de transition énergétique.

2009 – 2019 : une filière métamorphosée avec deux fois plus d’énergies renouvelables et de récupération

L’édition 2020 (données 2019) de l’enquête1 révèle que la part de chaleur verte, à travers les énergies renouvelables et de récupération (EnR&R), a doublé dans le mix énergétique des réseaux de chaleur, passant de 31 % en 2009 à 59,4 % en 2019 grâce au verdissement des réseaux existants et à la création de nouveaux réseaux vertueux.
Cet important verdissement des livraisons de chaleur et de froid a eu pour effet d’améliorer considérablement l’empreinte carbone des réseaux avec une diminution de 44 % pendant cette période. Aujourd’hui, le contenu moyen en CO2 des réseaux s’élève seulement à 0,107 kg /kWh.

Un réel soutien du Fonds Chaleur de l’ADEME

Cette évolution s’explique notamment grâce au soutien du Fonds Chaleur de l’ADEME, qui, en 11 ans, a investi près de 900 M€ pour soutenir la création, le verdissement et l’extension de plus de 1000 réseaux de chaleur et de froid. Cet outil, devenu incontournable pour accélérer le lancement de projets décarbonés, a ainsi rendu possible la production de plus de 31 TWh d’EnR&R.
Pour Fabrice Boissier, « Près de 40 % des aides du Fonds Chaleur sont attribuées aux réseaux, hors installations de production, et l’ADEME a accru ces dernières années son soutien à la filière. L’un des enjeux majeurs est de poursuivre la dynamique de verdissement des réseaux. Depuis cette année, les réseaux aidés par le Fonds chaleur doivent – sauf exception – atteindre un taux minimum de 65 % d’EnR&R ».

 

Les réseaux de chaleur vertueux maintiennent leur compétitivité, mais l’équilibre reste fragile dans le contexte du coût historiquement bas des énergies fossiles

Le prix de vente moyen de la chaleur distribuée par réseau s’établit à 74,6 €HT/MWh en 2019 et reste donc stable par rapport à l’année 2018 (+1,2%). Grâce à la TVA à taux réduit, les réseaux vertueux sont compétitifs par rapport aux réseaux qui ne sont pas encore alimentés à plus de 50 % par des énergies renouvelables et de récupération (EnR&R).
En considérant le coût de chauffage global annuel d’un logement moyen (facture énergétique + coût de maintenance + amortissement des investissements), les réseaux de chaleur restent compétitifs par rapport aux solutions de chauffage électrique et au gaz en 2019. Chauffer un logement moyen alimenté par un réseau de chaleur avec un taux d’EnR&R supérieur à 50 % coûte 1 238 € par an. En comparaison, le coût annuel global de chauffage pour logement similaire alimenté en gaz collectif est de 1 443 € et celui d’un logement alimenté par une pompe à chaleur individuelle s’établit à 2 028 €.

2020-2030 : l’atteinte des objectifs reste soumise aux conditions économiques et réglementaires

Toute la filière s’est mobilisée en 2019 dans le cadre du groupe de travail ministériel et porte aujourd’hui un certain nombre de mesures visant à poursuivre le déploiement des réseaux vertueux dans les territoires. C’est notamment le sens de l’action co-pilotée par AMORCE, le Cerema et l’ADEME auprès des villes de plus de 10 000 habitants ne bénéficiant pas encore des avantages d’un réseau de chaleur, qui donne déjà des premiers résultats.
Pour Nicolas GARNIER, Délégué général d’AMORCE « Nous proposons aussi la mise en œuvre d’un plan « Facteur 5 » dans les métropoles et les communautés urbaines où les réseaux de chaleur renouvelable peuvent encore se développer. AMORCE avait salué l’augmentation de l’enveloppe du Fonds Chaleur et de l’évolution des règles de soutien dans le cadre du groupe de travail ministériel qui se révèlent indispensables compte tenu de la conjoncture économique actuelle et de la baisse des prix du gaz. Il est en effet indispensable que l’ensemble des voyants restent au vert pour répondre aux objectifs fixés pour 2030. Mais il faut surtout que la chaleur renouvelable et les réseaux de chaleur soient bien intégrés dans les arbitrages qui seront pris dans le cadre de réformes en cours, au risque de se faire au détriment des territoires mobilisés pour développer une solution chauffage plus économique, plus locale et plus respectueuse de l’environnement ».
Pour Aurélie LEHERICY, Présidente du SNCU « Etant donné la multiplication des technologies disponibles au cours des 10 dernières années (biomasse, géothermie, etc.), toute la filière, avec l’ensemble des collectivités, entend accélérer dans la transition vers une chaleur toujours plus renouvelable. Cet objectif passera probablement par le développement des réseaux de chaleur existants dans les grandes villes mais aussi, enjeu clé de la décennie, par la multiplication de nouveaux réseaux vertueux dans les villes de plus de 10 000 habitants. A ce jour, plus de la moitié d’entre elles ne sont toujours pas équipées ! Ces ambitions se réaliseront sous certaines conditions : le budget et les conditions d’attribution d’aides du Fonds Chaleur devront suivre les ambitions de la filière ; la chaleur renouvelable devra rester compétitive par rapport aux énergies fossiles ; le cadre législatif et réglementaire devra également rester stable et cohérent ; sans oublier le fait que la réalisation d’une trajectoire carbone se devra d’être socialement juste. Tous les acteurs de la filière sont déterminés pour avancer et accompagner les collectivités dans le déploiement de la technologie la plus ajustée aux besoins de leurs territoires. ».

Télécharger le communiqué de presse


Télécharger le CP

10 Déc, 20

 

 

Communiqués de presse

La Branche de l’Energie-Environnement se mobilise et propose des mesures en faveur de l’emploi et des compétences  

Formation professionnelle – Branche Energie-Environnement La Commission Paritaire Nationale de l... > Lire la suite

Pour atteindre les objectifs de la PPE, le développement de la géothermie comme technologie d’avenir ne doit pas être entravé

Vendredi 4 décembre, un séisme consécutif à la réalisation d’un forage géothermique au nord ... > Lire la suite

Résultats de l’enquête SNEC 2020 : le CPE, un outil adapté pour accompagner le plan « France Relance »

Plus de 150 Contrats de Performance Energétique passés au crible : les baisses de consommations é... > Lire la suite